Les pionnières du temps: vies professionnelles et familiales des ouvrières de l’industrie horlogère suisse (1870-1970) (14011)

par Stéphanie Lachat

Les femmes ont largement participé au succès de l’industrie horlogère suisse, dès ses premières heures. Qui étaient-elles ? Que faisaient-elles de « leurs »
enfants pendant les longues heures passĂ©es Ă  l’atelier ? D’ailleurs, ont-elles davantage travaillĂ© en fabrique, ou Ă  domicile ?DĂ©mĂŞlant un impressionnant Ă©cheveau de donnĂ©es Ă©parses, dĂ©crivant des vies qui ont souvent laissĂ© peu de traces Ă©crites, ce livre va Ă  la rencontre des ouvrières de l’horlogerie. Cela amène Ă  dĂ©jouer bien des idĂ©es reçues sur les rapports entre hommes et femmes, l’horlogerie et l’emploi en gĂ©nĂ©ral. Non, l’idĂ©al de la femme au foyer n’a jamais concernĂ© toutes les Ă©pouses. Oui, le travail en fabrique a pu ĂŞtre vantĂ© pour les mères. Non, le travail Ă  domicile n’est pas la destinĂ©e des travailleuses non qualifiĂ©es. Quelles sont les spĂ©cificitĂ©s de la branche horlogère qui expliquent cela ?Sur le terrain horloger, vĂ©ritable laboratoire sociologique, les Ă©lites se sont rĂ©servĂ© l’idĂ©al de la femme au foyer. Pour et dans les familles ouvrières s’est mis en place un modèle concurrent : la « logique de la double tâche », dont les deux dimensions − professionnelle et domestique − font partie intĂ©grante de l’identitĂ© des horlogères. Elles sont ouvrières ET mĂ©nagères-mères ; elles sont femmes au foyer sans y ĂŞtre.Les ouvrières de l’horlogerie ont inaugurĂ© un rapport lĂ©gitime Ă  l’emploi. C’est ce modèle, nĂ© au XIXe siècle, qui remontera le long de l’échelle sociale, Ă  mesure que les femmes revendiqueront le droit Ă  l’emploi. C’est Ă  leur suite que l’articulation famille et emploi devient pensable. Elles sont les pionnières du temps.

452 Pages • ill. n/b • Format : 15 x 19 cm.
Prix : CHF 42.00 • € 38.00